adultérer

adultérer [ adyltere ] v. tr. <conjug. : 6>
XVI e; « commettre un adultère » XIVe; lat. adulterare
Vx Altérer, falsifier. Beauté de ce tissage « que rien ne vient adultérer » (A. Gide).

adultérer verbe transitif (latin adulterare, corrompre) Modifier en falsifiant ; altérer : Adultérer un texte.adultérer (difficultés) verbe transitif (latin adulterare, corrompre) Conjugaison Attention à l'accent, tantôt grave, tantôt aigu : j'adultère, nous adultérons ; il adultérera. ● adultérer (synonymes) verbe transitif (latin adulterare, corrompre) Modifier en falsifiant ; altérer
Synonymes :
- altérer
- dénaturer
- gâter
Contraires :
- améliorer
- épurer

⇒ADULTÉRER, verbe trans.
I.— Emploi trans. [Le suj. désigne une pers. ou une chose]
A.— [L'obj. désigne une matière] Dégrader une substance pure et active en y mêlant une ou plusieurs substances étrangères de moindre qualité :
1. Leurs études se développant, ils en vinrent à soupçonner les fraudes dans toutes les denrées alimentaires. Ils chicanaient le boulanger sur la couleur de son pain. Ils se firent un ennemi de l'épicier, en lui soutenant qu'il adultérait ses chocolats.
G. FLAUBERT, Bouvard et Pécuchet, t. 1, 1880, pp. 54-55.
2. Beauté de ce tissage où même la matière première est indigène et que rien ne vient adultérer.
A. GIDE, Voyage au Congo, 1927, p. 823.
Spéc., DR. Falsifier. Adultérer des médicaments; adultérer des monnaies (par des alliages dépassant le taux légal) (cf. infra étymol.). D'une manière générale, le mot, employé au sens propre, relève de la langue du droit : adultérer, c'est frauder, en altérant d'une manière contraire aux dispositions légales ou réglementaires.
B.— Au fig. [L'obj. désigne le plus souvent une entité morale, except. une pers. ou un ensemble de pers.] Altérer la pureté originelle par le mélange d'éléments de moindre qualité :
3. [Le cardinal Boccanera] :
— L'unité (...) ce n'est là que l'ambition furieuse et aveugle d'un conquérant qui élargit son empire, sans se demander si les nouveaux peuples soumis ne vont pas désorganiser son ancien peuple, jusque-là fidèle, l'adultérer, lui apporter la contagion de toutes les erreurs.
É. ZOLA, Rome, 1896, p. 455.
4. Le don est à bon droit suspect dans le capitalisme contemporain.
Ce système a diffusé et intensifié à un degré jamais atteint le culte des vertus acquisitives et la passion du lucre; par son seul fonctionnement il adultère et déprise l'esprit de don.
F. PERROUX, L'Économie du XXe siècle, 1964, pp. 392-393.
II.— Emploi pronom. (à sens passif). [Le suj. désigne une chose]
A.— Au propre :
5. Après que la mise en place fut effectuée, le soir, tout cela se concilia, se tempéra, s'assit : les boiseries immobilisèrent leur bleu soutenu et comme échauffé par les oranges qui se maintinrent, à leur tour, sans s'adultérer, appuyés et, en quelque sorte, attisés qu'ils furent par le souffle pressant des bleus.
J.-K. HUYSMANS, À rebours, 1884, p. 21.
B.— Au fig. :
6. On peut dire qu'avec Mallarmé, Proust, Gide, Valéry (par leurs doctrines, sinon leurs œuvres), Giraudoux, Suarès, les surréalistes et leurs descendants, nous possédons cette chose qui s'est adultérée dès le début de la littérature et dont seuls peut-être les alexandrins avaient donné l'exemple : le pur littérateur.
J. BENDA, La France byzantine, 1945, p. 173.
Rem. Ac. t. 1 1932 note : ,,On dit plutôt aujourd'hui altérer.`` Le mot est signalé comme arch. par Pt ROB.
Prononc. — 1. Forme phon. :[]. PASSY 1914 transcrit : ou -, avec [] ou [e] mi-longs. 2. Dér. et composés. — Adulter- : adultérateur, adultération, adultère, adultéresse, adultérieurement, adultérin, adultérinité, adultériser. 3. Forme graph. — Pour la répartition des graph. é/è dans le paradigme verbal, cf. abréger.
Étymol. ET HIST. — 1. a) 1350 « commettre l'adultère » (GILLES LE MUISIT, II, 101 ds GDF. Compl. :Ches bienfais a David petit consideret Mais a, par droit avis, occis, adulteret), guère en usage d'apr. FUR. 1701; b) 1450 « détourner de la foi conjugale » (MONSTRELET, Chronique, II, 160 ds GDF. Compl. s.v. : adulterer l'épouse incorrompue), empl. jusqu'à la fin du XVIe s.; 2. 1751 (Encyclop. s.v. adultération :C'est un crime capital dans tous les pays d'adultérer la monnaie courante... Il est d'une conséquence infinie pour les malades de ne point acheter les médicaments des coureurs de pays, qui les vendent adultérés).
Empr. au lat. adulterare au sens 1 dep. Caton (TLL s.v., 883, 63 : uxor tu si adulterares), au sens 2 dep. Plaute (ibid., 884, 14 : adulterare eum aibat rebus ceteris praeter symbolum).
STAT. — Fréq. abs. litt. :6.
BBG. — BAILLY (R.) 1969. — BAR 1960. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BOISS.8. — DUPIN-LAB. 1846. — FROMH.-KING 1968. — LAV. Diffic. 1846. — NYSTEN 1814-20.

adultérer [adylteʀe] v. tr. [CONJUG. céder.]
ÉTYM. 1350, « commettre un adultère »; du lat. adulterare « falsifier », d'où « corrompre une femme mariée ».
1 (1450). Vx. Inciter (une personne mariée) à l'adultère.
2 (1751). Mod. Altérer la pureté de (qqch.), falsifier, gâter. || Adultérer des médicaments. Altérer. || Adultérer des monnaies (par des alliages qui dépassent le taux légal).
1 (…) ils en vinrent à soupçonner les fraudes dans toutes les denrées alimentaires.
Ils chicanaient le boulanger sur la couleur de son pain. Ils se firent un ennemi de l'épicier, en lui soutenant qu'il adultérait ses chocolats.
Flaubert, Bouvard et Pécuchet, I, II.
3 (Abstrait). Rendre moins pur.
2 Beauté de ce tissage où même la matière première est indigène et que rien ne vient adultérer.
Gide, Voyage au Congo, in Souvenirs, Pl., p. 823.
3 (…) ce n'est là que l'ambition furieuse et aveugle d'un conquérant qui élargit son empire, sans se demander si les nouveaux peuples soumis ne vont pas désorganiser son ancien peuple, jusque-là fidèle, l'adultérer, lui apporter la contagion de toutes les erreurs.
Zola, Rome, p. 690.
——————
adultéré, ée p. p. adj.
|| Monnaies adultérées.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Adulterer — A*dul ter*er, n. [Formed fr. the verb adulter, with the E. ending er. See {Advoutrer}.] 1. A man who commits adultery; a married man who has sexual intercourse with a woman not his wife. [1913 Webster] 2. (Script.) A man who violates his… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • adulterer — ADULTERER. v. act. Terme de Pharmacie. Altérer, falsifier un remède. Il est de l intérét des malades qu on n adultère pas les médicamens …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • adulterer — (n.) early 15c., earlier avouter (c.1300), avoutrer (late 14c.), agent noun from obsolete verb adulter commit adultery; adulterate (late 14c.), from L. adulterare to corrupt (see ADULTERATION (Cf. adulteration)) …   Etymology dictionary

  • adulterer — ► NOUN (fem. adulteress) ▪ a person who has committed adultery. ORIGIN from Latin adulterare debauch, corrupt …   English terms dictionary

  • adulterer — [ə dul′tər ər] n. [altered, after L adulterare, from ME avowterer, avouter < OFr avoutre < avoutrer, to commit adultery < L adulterare: see ADULTERATE] a person (esp. a man) guilty of adultery …   English World dictionary

  • adultérer — (a dul té ré. La syllabe te prend un accent aigu, quand la syllabe qui suit est sonnante ; et un accent grave, quand la syllabe qui suit est muette, excepté au futur et au conditionnel où l accent aigu reste) v. a. 1°   Terme de pharmacie.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • adulterer — UK [əˈdʌltərə(r)] / US [əˈdʌltərər] noun [countable] Word forms adulterer : singular adulterer plural adulterers old fashioned a married person who has sex with someone who is not their husband or wife …   English dictionary

  • ADULTÉRER — v. tr. Gâter, falsifier ce qui est pur. Adultérer les médicaments. On dit plutôt aujourd’hui ALTÉRER …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • adulterer — /euh dul teuhr euhr/, n. a person who commits adultery. [1350 1400; earlier adulter adulterer ( < L, back formation from adulterare to defile; see ADULTERATE) + ER1; r. ME avouter, avoutrer < OF < L] * * * …   Universalium

  • adulterer — [[t]ədʌ̱ltərə(r)[/t]] adulterers N COUNT An adulterer is someone who commits adultery …   English dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.